Historique

Pourquoi et comment une maison de la pêche et de la nature ? Découvrez l'histoire de la création de notre centre d'éducation à l'environnement...

*** 

« C’est extraordinaire de rêver pendant des années de quelque chose, 
et de l’obtenir encore mieux qu'on ne l’avait rêvé ! » 

Edouard ARMIRAIL, Président

 

Pour resituer le contexte, il faut d'abord évoquer "l'Amicale des Pêcheurs de Neuilly Levallois et des Environs" (APNLE), cette Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques a été créée en 1910. C’est aujourd’hui encore, une des plus vieilles associations de pêche en France. Elle s’occupe de la gestion et de la valorisation de la pêche de loisirs dans les Hauts-de-Seine et sur les étangs du bois de Boulogne. 

Il faut aussi parler d'un homme, Edouard ARMIRAIL (1946-2014), qui fut de 1977 à 2014 le président de cette association de pêche et demeurera l’un des plus fervents défenseur de la pêche et des poissons en région parisienne. 

 

En 1980, grâce à la ville de Levallois, l’association de pêche reçoit la mise à disposition d’un bâtiment de 2 étages sur la pointe avale de l’Ile de la Jatte, la « base halieutique ». Elle y installe ses bureaux, son école de pêche et en fait son QG pour l’organisation des concours de pêche sur la Seine. C’est en fait un début de "Maison de la pêche" car Edouard ARMIRAIL fait installer au rez-de-chaussée quelques aquariums d’eau douce pour montrer les poissons de la Seine et s'efforce transmettre à la jeune génération son amour de l'eau et de ses habitants.

 

 

- La "Base Halieutique de Levallois" dans les années 80 -

En 1990, un grand plan de restructuration de l'Ile de la Jatte est décidé par le Conseil Municipal de la ville de Levallois, mené par son maire, Patrick BALKANY, afin de permettre la construction de nouveaux logements. Tous les bâtiments de l'ile, pour la plupart de vieilles usines abandonnées et en ruines, vont êetre rasées, le projet comprend également la construction d'un grand parc urbain destiné à accueillir les habitants de la commune. Le bâtiment occupé par l'association de peche doit également être démolis... Edouard ARMIRAIL prend la décision d'aller voir le maire car, tant qu'à faire, autant profiter de cette restructuration pour proposer un projet ambitieux ! Patrick BALKANY, fervent défenseur du tissu associatif, est tout de suite intéressé par le projet : construire une "Maison" destinée à recevoir des jeunes et des moins jeunes autour de la nature. 


- Edouard Armirail et Patrick Balkany au milieu des années 80 - 

Edouard ARMIRAIL souhaite faire découvrir au plus grand nombre la richesse du fleuve des Hauts-de-Seine, certes convalescent à cette époque, mais dont la santé s'améliore petit à petit grâce à l'intervention des associations de pêche et le soutien des pouvoirs publics de cette époque.
Son association de pêcheurs s'est d'ailleurs illustrée durant des années, à coup de procès verbaux et d’actions en justice pour faire stopper les rejets sauvages causant pollutions et mortalité de poissons, réussissant même jusqu’à faire retirer toutes les péniches abandonnées amarrées sauvagement sur les arbres de l'ile de la Jatte. Grâce à cela, elle a pu, par la suite, procéder au replantage de nombreux herbiers sur les bordures, rendant l'ile accueillante pour la biodiversité : poissons, insectes, oiseaux et même financer l’alevinage d’espèces piscicoles disparues, le temps a fait le reste…

Patrick BALKANY mandate alors un architecte qui travaille plusieurs mois avec Edouard ARMIRAIL et son équipe sur 3 projets, aux couts croissants et contenus variés ; le plus "pharaonique" comprenait un mur-aquarium extérieur d'une hauteur de 2 étages, où les passants auraient pu voir des poissons évoluer et un sol intérieur monté sur carreaux de verres sur lequel les visiteurs auraient pu marcher littéralement sur l’eau, au dessus des poissons... Il va s'en dire que ce projet n'est pas retenu en raison de son coût de sa réalisation technique et c'est le second projet, l'actuelle Maison de la Peche et de la Nature, qui reçoit la majorité au conseil municipal.


- Projet d'architecte retenu -

 

Le montage financier du chantier de l'ile de la Jatte implique un coût quasi nul pour les Levalloisiens : une partie de l'ile sera donc vendue à des promoteurs immobiliers, afin de financer l'aménagement du grand parc, des berges et de la "Maison". Les travaux débutent en 1991 Pour se terminer en 1993. 

 

Afin de gérer le bâtiment et les activités qui vont y être réalisées, une association est créée. Statutairement le conseil d’administration est composé de 3 représentants de l'association de pêche et 3 représentants du conseil municipal.
Edouard ARMIRAIL en devient le Président fondateur et le restera jusqu'a son décès en 2014.


- Inauguration en juin 1993 avec Madame Isabelle BALKANY - 

 

11 juin 1993, Edouard ARMIRAIL, lors de son discours d'inauguration :

« Mr le Député Maire, Madame, la vice-présidente du Conseil Général des Hauts-de-Seine, Mesdames et messieurs les parlementaires et élus municipaux, Messieurs les Directeurs, Messieurs les Présidents, mesdames, messieurs.

Aujourd’hui 11 juin 1993 restera une date gravée à jamais dans la mémoire des pêcheur de notre association l’Amicale des Pêcheurs de Neuilly Levallois et des Environs.

Depuis 15 ans que nous étions installés sur l’Ile de la Jatte, à la pointe aval dans des locaux déjà mise à notre disposition par la municipalité de Levallois, nous rêvions d’une Maison de la Pêche digne de ce nom… Et en plagiant la publicité d’un célèbre industriel Nippon de l’audiovisuel, je me permettrais de la reprendre à mon compte et de l’adapter à cette circonstance en parlant de l’aboutissement de ce rdv :

J’en ai rêvé, BALKANY l’a fait ! Patrick Balkany, notre député maire, mais aussi sa charmante épouse Isabelle et tout le conseil municipal de Levallois qui m’ont suivi avec enthousiasme dans ce projet un peu fou au départ.

Un projet bâti sur un fond à vocation pédagogique, à destination de tous et surtout de la jeunesse, car en bon enfant du terroir pyrénéen, je demeure persuadé que certaines valeurs fondamentales sont liées à la nature, à sa parfaire connaissance et à son respect le plus élémentaire.

Quand je dis « jeunesse », je me rappelle que mes meilleurs moment de communication avec mon père et ma famille, ce sont ces confidences « au bord de l’eau » en communion avec la nature, au cours desquelles, les plus simples leçons de choses devenaient les choses de la vie.

De nos jours, bousculés par la vie trépidante de nos citées urbaines, nous avons perdu le sens de la communication à travers des choses simples de la vie et il nous faut faire un arrêt et bien regarder autour de nous pour s’apercevoir que la nature existe et existe bien… et il nous faut transmettre à nos enfants ces connaissances et leur apprendre à respecter l’environnement et toute la vie qui s’y rattache…

Avec cette merveilleuse réalisation de la Maison de la Pêche et de la Nature de Levallois, nous allons faire connaitre à tous les jeunes citadins, sur toute la région, la précarité des milieux naturels, l’intérêt de protéger son environnement et leur faire découvrir des plaisirs simples et paisibles à leur portée. Comme la pêche par exemple…

Je voudrais associer à nos remerciements tous les élus, concepteurs, techniciens, employés municipaux, services publiques qui ont participé à cette oeuvre, depuis la conception, jusqu’à la réalisation, chacun développant des trésors d’ingéniosité dans un esprit de coopération formidable, je suis heureux de les féliciter tous pour cette expérience enrichissante à tous les niveaux qui a su mêler le élus, les institutions et la vie associative.

Voila que se termine mon propos, vous excuserez mes relatifs talents d’orateurs, mais pour ceux qui me connaissent je suis plutôt un homme de terrain, ou plutôt d’eau que de tribune.

Encore à tous un grand merci pour toute l’aide que vous m’avez apportée, que vous avez apporté à notre association et à la peche française.

Je formulerais un voeux que beaucoup d’autres villes de France suivent l’exemple de la Municipalité de Levallois.

Edouard ARMRAIL - Président »

 

 

  

- Journée d'inauguration -

Les débuts :

 La Maison de la Pêche et de la Nature, à ses débuts, est un endroit essentiellement dédié à la pêche et aux milieux aquatiques, elle est géré par 3 personnes en contrats « verts » : Nicolas SIMON, directeur, Sandrine ARMIRAIL, secrétaire-comptable/animatrice et Florent VANYPER, animateur pêche.

Pendant 4 années, cette petite équipe va développer une école de pêche reconnue, distiller la connaissance de la Seine auprès du public grâce à ses aquariums d'eau douce, ses animations et ses expositions dédiés à la Seine et à la pêche. La structure accueille environ 3.500 visiteurs par an en 1999.

 
- Une des premières école de pêche - 

En 1999, suite au départ de Nicolas SIMON, Sandrine ARMIRAIL prend la direction de l’association. En 2000, en pleine émergence du concept « d'éducation à l’environnement", elle prend le pari d'ouvrir la structure vers un public plus large et de développer de nouvelles animations plus axées vers la nature urbaine, en utilisant comme support le parc de la Jatte.

Au fil des années qui vont suivre les personnels vont évoluer, beaucoup de jeunes animateurs viennent se former, puis restent quelques années pour partir ensuite vers d’autres aventures…

 

Petit hommage à tous ceux qui ont « fait » la Maison de la Pêche et de la Nature :

 

Leurs réalisations sont nombreuses, citons par exemple :

En 1997, l’aménagement du « Chemin des Pêcheurs », le long des berges du petit bras de Seine à partir du pont de Levallois. Ce chemin permettra de se promener et de pêcher au ras de l’eau.

En 2001, Le réaménagement total du musée-aquarium de la Seine, afin de créer un parcours en son sein et aménager des espaces thématiques plus adaptés à une construction pédagogique de visite. Les aquariums sont également réaménagés à plusieurs reprises, tant au niveau matériel afin de faciliter l'entretien, qu'au niveau pédagogique, afin d'instaurer un sens de visite cohérent et significatif pour les visiteurs.

En 2003, l'association ouvre officiellement un « Refuge jardin d’oiseaux » labellisé LPO dans le parc de la Jatte. Elle aménage des espaces mangeoires qu’elle alimente durant tout l’hiver, installe des nichoirs pour chaque espèce présente et travaille en collaboration avec les jardiniers du parc pour initier de nouvelles pratiques écologiques.

 En 2006, un petit jardin pédagogique est initié dans le parc, il évoluera beaucoup au fil des années, s’agrandissant en taille et diversifiant les thématiques : potager, plantes médicinales et aromatiques, fruitiers,  hôtel à insectes, mare pédagogique, récupérateur d’eau de pluie, composteurs, spirale d’aromatiques, jardin en lasagne, etc… Il a été totalement réaménagé début 2016 avec l’aide des agents de l’AAPPMA 92/75.

En 2014, Edouard ARMIRAIL, Président fondateur décède des suites d'une opération, sa femme Josiane ARMIRAIL, ayant à coeur de poursuivre son oeuvre, devient présidente de l’association.

 En 2017, la Maison de la Pêche et de la Nature c'est :

  •  Plus de 22.000 visiteurs par an dont environ 20.00 enfants,
  •  6 salariés donc 5 en CDI,
  •  Un lieu d'accueil et de d’apprentissage pour plus de 20 stagiaires chaque année,
  •  Une structure qui s’autofinance à 74%.